participe présent

Cette formation aborde l’étude systématique de la langue latine.

Modérateurs : Équipe sillages.info, Catherine KLAUS, Michèle TILLARD, Patrick ADENIS

Gabriel ALBAN
Messages : 1
Enregistré le : sam. 9 mai 2020 13:01

participe présent

Messagepar Gabriel ALBAN » sam. 9 mai 2020 13:21

Bonjour,

J'ai lu votre cours sur le participe présent, et je vous en remercie! Je rencontre un usage double du participe présent que je ne parviens pas à comprendre dans un texte philosophique du 17e siècle (la Brevis replicatio de Tobias Andreae, 1653), à la fin du passage suivant (à propos de Descartes):

" Nec eopse libertati Philosophandi vel Regii vel cujusquam voluit intercedere, aut dissensum eum amicitiae obstare, sed primas tamen detulit Veritati, vel contra amicum afferendae: quod tamen fecit ea lenitate, ut non facile daturi sint, alterius simile exemplum, contra oppugnantem ex professo sententias suas, de quibus persuasissimus est veras ac salutares esse, scribentis, opiniones contrarias quas pro falsis & perniciosis habeat refutantis" (fin de la phrase).

Je ne parviens pas à comprendre le lien entre les deux participes présents qui sont successivement déclinés au génitif (scribentis, refutantis), ni à identifier le nom qu'ils servent à qualifier.

Merci d'avance pour votre aide ou pour vos conseils.

Avatar du membre
Michèle TILLARD
Messages : 321
Enregistré le : ven. 9 juin 2017 10:01

Re: participe présent

Messagepar Michèle TILLARD » mar. 12 mai 2020 06:36

Bonjour Gabriel,
Le texte que vous m'avez proposé m'a un peu donné du fil à retordre, mais je crois avoir trouvé la solution.
"quod tamen fecit ea lenitate, ut non facile daturi sint, alterius simile exemplum, contra oppugnantem ex professo sententias suas, de quibus persuasissimus est veras ac salutares esse, scribentis, opiniones contrarias quas pro falsis & perniciosis habeat refutantis".
Je pense que les deux participes présents au génitif singulier se rapportent à "alterius" :
- quod tamen fecit ea lenitate : ce qu'il fit avec une telle douceur
- ut non facile daturi sint, alterius simile exemplum : que l'on ne trouverait pas facilement pareil exemple d'un autre
- scribentis contra oppugnantem sententias suas : écrivant contre celui qui attaque ses opinions
- de quibus persuasissimus est veras ac salutares esse : au sujet desquelles il était tout à fait persuadé qu'elles étaient vraies et salutaires
- opiniones contrarias  refutantis" : et réfutant les opinions contraires
- quas pro falsis & perniciosis habeat : qu'il tenait pour fausses et pernicieuses.
Il s'agit d'un texte du XVIIème siècle, donc en néo-latin : d'où des expressions peu classiques, comme "daturi sint"...
En cherchant ce Tobias Andréae, j'ai vu qu'il existait aussi un peintre allemand de ce nom, du XIXème siècle. Sont-ils parents ?
Bien cordialement,
MT
Michèle TILLARD
Auteure de FLOT (latin, grec, grammaire française)
Site http://philo-lettres.fr


Retourner vers « Latin »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités