PINEAU Gisèle

Un article de wiki sillages.info.

(Différences entre les versions)
Ligne 1 : Ligne 1 :
-
[[Image:Pineau.JPEG]]
+
[[Image:Pineau.jpg]]
== Biographie ==
== Biographie ==

Version du 6 janvier 2016 à 04:48

Image:Pineau.jpg

Biographie

Gisèle Pineau est née à Paris en 1956, de parents guadeloupéens. Son père, militaire de carrière, s'était engagé dans les Forces françaises libres et avait combattu pour la France envahie par l'armée allemande, après avoir répondu à l'appel du 18 juin 1940.

Elle vécut son enfance en France, entre Aubigné-Racan, dans la Sarthe, et Paris, et fut confrontée très jeune au racisme et à l'intolérance, comme elle le raconte dans L'Exil selon Julia. En 1975, elle s'inscrit à l'Université de Nanterre où elle suit un cursus de Lettres modernes, qu'elle abandonne, faute d'argent, pour une carrière d'infirmière en psychiatrie. Elle se marie, et repart en Guadeloupe, où elle exercera cette profession au centre hospitalier de Saint Claude, pendant près de vingt ans. Depuis 2000, elle vit de nouveau en France.

Avec son premier roman, La Grande drive des esprits, paru en 1993 aux Editions du Serpent à plumes, Gisèle Pineau impose son style et son regard sur la condition des femmes antillaises, dont elle dit la souffrance, les violences et les espoirs secrets. Elle se distingue comme premier écrivain féminin à obtenir le prix Carbet de la Caraïbe pour ce roman et reçoit également en 1994 le Grand Prix des lectrices de Elle. Nouvelle voix au sein de la jeune génération d'écrivains d'outre-mer, aux côtés de Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant et Ernest Pépin, son talent se confirme avec la parution aux éditions Stock de L'Espérance-macadam (1995), L'Exil selon Julia (1996), et l'Âme prêtée aux oiseaux (1998).  Elle est aussi l'auteur avec Marie Abraham, de Femmes des Antilles, traces et voix, cinquante ans après l'abolition de l'esclavage, un essai sur la condition sociale des femmes antillaises dans l'histoire. Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres, Gisèle Pineau est également membre du jury du prix Tropique et du Prix du Livre insulaire d'Ouessant, dont elle a assuré la présidence en 1999. 

Elle a reçu le Prix des Hémisphères - Chantal Lapicque 2002 pour son roman Chair Piment. Ce prix couronne un livre qui participe au rayonnement de l’usage de la langue française à travers le monde.


Bibliographie

  • Un papillon dans la cité, éditions Sépia, 1992
  • La Grande Drive des esprits, roman, éditions Le Serpent à Plumes . Grand Prix des lectrices du magazine ELLE et Prix Carbet de la Caraïbe, 1993
  • Tourment d'amour, nouvelle, dans le collectif Écrire la Parole de nuit, la nouvelle littéraire antillaise, 1994
  • L'Espérance-Macadam, roman, Stock ,1995 Prix RFO,
  • L'Exil selon Julia, roman, Stock 1996, Prix Terre de France et Prix Rotary.
  • L'Âme prêtée aux oiseaux, , Stock 1998, roman.
  • Femmes des Antilles : traces et voix : cent cinquante ans après l'abolition de l'esclavage, biographie et histoire, co-écrit avec Marie R Abraham, Stock, 1998
  • Le cyclone Marilyn, roman, co-écrit avec Béatrice Favereau, L'Élan Vert, 1998
  • Caraïbes sur Seine, roman. Prix roman Jeunesse Maurice 2001, Drapper, 1999
  • Case Mensonge, roman, Bayard Jeunesse, 2001
  • Chair piment, roman, Mercure, 2002
  • "Fichues racines", nouvelle, dans le collectif Paradis Brisé - Nouvelles des Caraïbes, Collection Étonnants Voyageurs (2004)
  • Fleur de barbarie, roman, Mercure, 2007
  • Mes quatre femmes, roman, Philippe Rey, 2007
  • C'est la règle, roman, Thierry Magnier, 2007
  • Les Colères du volcan, conte, Drapper, 2008
  • Morne Câpresse, roman, Mercure, 2008
  • Nouvelles de Guadeloupe, avec Fortuné Chalumeau, Simone Schwarz-Bart, et Ernest Pépin, nouvelles, 2009
  • Folie, aller simple : Journée ordinaire d'une infirmière, Philippe Rey, 2010, "Prix Carbet des lycéens 2011".
  • L’Odyssée d’Alizée, roman, Thierry Magnier, 2010
  • Cent vies et des poussières, roman, Mercure,2012
  • Les Voyages de Merry Sisal, roman, Mercure, 2015

--MicheleTillard 14 octobre 2015 à 14:44 (CEST)