MUKASONGA Scholastique

Un article de wiki sillages.info.

(Différences entre les versions)
(Nouvelle page : == Biographie == Scholastique Mukasonga, écrivaine rwandaise d'expression française, est née en 1956 dans la province de Gikongoro au Rwanda. Dès son enfance, confrontée aux...)
Ligne 1 : Ligne 1 :
- 
== Biographie ==
== Biographie ==
Ligne 17 : Ligne 16 :
Enfin, ''Ce que murmurent les collines'', recueil de nouvelles paru en 2014, a reçu le Grand Prix SGDL de la Nouvelle.
Enfin, ''Ce que murmurent les collines'', recueil de nouvelles paru en 2014, a reçu le Grand Prix SGDL de la Nouvelle.
-
Pour en savoir plus, voir le [[http://www.scholastiquemukasonga.net/home/]].
+
Pour en savoir plus, voir le [[http://www.scholastiquemukasonga.net/home/ site personnel de Scholastique Mukasonga]].
Scholastique Mukasonga connaît dès l’enfance la violence et les humiliations des conflits politiques qui agitent le Rwanda1. Sa vie est marquée par les épisodes tragiques de l’Histoire du Rwanda. En 1960, sa famille est déplacée dans une région insalubre du Rwanda, Nyamata au Bugesera. En 1973, elle est chassée de l’école d’assistante sociale de Butare et doit s’exiler au Burundi. Elle s’établit en France en 1992.
Scholastique Mukasonga connaît dès l’enfance la violence et les humiliations des conflits politiques qui agitent le Rwanda1. Sa vie est marquée par les épisodes tragiques de l’Histoire du Rwanda. En 1960, sa famille est déplacée dans une région insalubre du Rwanda, Nyamata au Bugesera. En 1973, elle est chassée de l’école d’assistante sociale de Butare et doit s’exiler au Burundi. Elle s’établit en France en 1992.

Version du 26 juillet 2015 à 15:05

Biographie

Scholastique Mukasonga, écrivaine rwandaise d'expression française, est née en 1956 dans la province de Gikongoro au Rwanda.

Dès son enfance, confrontée aux humiliations et aux discriminations qui frappent les Tutsi. En 1960, sa famille est déplacée à Nyamata, dans une région peu accueillante du Rwanda ; en 1973, elle est chassée de son école d'assistantes sociales, et doit s'exiler au Burundi.

En 1992, elle s'installe en France.

En 1994, elle apprend que 37 membres de sa famille, dont sa mère Stefania, ont été victimes du génocide des Tutsi.

Son premier livre, paru en 2006 chez Gallimard, Inyenzi ou les Cafards, est un récit autobiographique.

Suivront ensuite La Femme aux pieds nus, en 2008, (prix Seligmann contre le racisme), L'Iguifou en 2010, qui reçoit le prix Renaissance de la Nouvelle et le Prix de l'Académie des Sciences d'Outre-mer ; le roman Notre-Dame du Nil, en 2012, raconte les prémisses du génocide dans un lycée de jeunes filles ; il a reçu le prix Ahmadou Kourouma et le prix Renaudot.

Enfin, Ce que murmurent les collines, recueil de nouvelles paru en 2014, a reçu le Grand Prix SGDL de la Nouvelle.

Pour en savoir plus, voir le [site personnel de Scholastique Mukasonga].

Scholastique Mukasonga connaît dès l’enfance la violence et les humiliations des conflits politiques qui agitent le Rwanda1. Sa vie est marquée par les épisodes tragiques de l’Histoire du Rwanda. En 1960, sa famille est déplacée dans une région insalubre du Rwanda, Nyamata au Bugesera. En 1973, elle est chassée de l’école d’assistante sociale de Butare et doit s’exiler au Burundi. Elle s’établit en France en 1992.

En 1994, année du génocide des Tutsi, un million de morts en cent jours, elle apprend que 27 membres de sa famille ont été massacrés, dont sa mère Stefania.

Œuvres[modifier | modifier le code] Le premier livre connu de Scholastique Mukasonga, Inyenzi ou les Cafards est un récit autobiographique, paru en 2006 aux éditions Gallimard, dans la collection « Continents noirs ». Pour elle, la littérature s’apparente au territoire de la mémoire. Dans sa postface à l'ouvrage, Boniface Mongo-Mboussa, écrivain et critique congolais (Congo-Brazzaville), affirme que l'écriture de Scholastique Mukasonga émane du « désir manifeste de donner aux disparus une digne sépulture de mots à la fois pour apaiser les vivants et sanctifier les morts ». L'une des particularités de ce récit est qu'il insiste sur l'ancienneté des tentatives génocidaires. Pour l'écrivaine, l'« exil intérieur », entrepris avant même l'indépendance du pays et qu'elle a vécu enfant, relevait des premiers jalons du génocide des Tutsi qui a éclaté au grand jour en 1994.

En 2008, elle publie, toujours chez Gallimard, un second ouvrage, La Femme aux pieds nus, hommage rendu à sa mère et à toutes les mères courage.

Son troisième livre, L’Iguifou, sort en 2010.

Pour son quatrième ouvrage et premier roman, Notre-Dame du Nil, paru en mars 2012 aux éditions Gallimard, Scholastique Mukasonga nous plonge dans un lycée de jeunes filles qui s'appelle Notre-Dame du Nil, perché sur la crête Congo-Nil près des sources du grand fleuve africain dont l'une des sources se trouve au Rwanda. Elles y ont été envoyées pour former l’élite féminine du pays et les éloigner des dangers du monde extérieur 2. C'est un prélude au génocide des Tutsi qui se déroule dans le huis-clos du lycée, durant l’interminable saison des pluies. Amitiés, désirs, haines, luttes politiques, incitations aux meurtres raciaux, persécutions... Le lycée devient un microcosme existentiel fascinant de vérité sur le Rwanda des années 70.

Liste des livres de Scholastique Mukasonga[modifier | modifier le code] 2006 : Inyenzi ou les Cafards, Gallimard/Continents Noirs 2008 : La Femme aux pieds nus, Gallimard/Continents Noirs — prix Seligmann contre le racisme 2010 : L'Iguifou, Gallimard/Continents Noirs — prix Renaissance de la Nouvelles ; prix de l’Académie des sciences d’Outre-Mer 2012 : Notre-Dame du Nil, Gallimard/Continents Noirs — Prix Ahmadou-Kourouma 20123 ; Prix Renaudot 2012 alors qu'elle n'était pas sur la liste des romans retenus4 et le Prix Océans France Ô5,6 2014 : Ce que murmurent les collines, Gallimard/Continents Noirs