MARIOTTI Jean

Un article de wiki sillages.info.

(Différences entre les versions)
Version actuelle (18 septembre 2016 à 07:22) (modifier) (défaire)
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
== Biographie ==
== Biographie ==
-
Jean Mariotte est né le 23 août 1901 à Farino, sur la côte Ouest de la Grande Terre de Nouvelle-Calédonie.
+
Jean Mariotti est né le 23 août 1901 à Farino, sur la côte Ouest de la Grande Terre de Nouvelle-Calédonie (France, collectivité d’outre-mer).
Son père était un Corse condamné au bagne, puis exilé pour un crime de vendetta, et sa mère une italienne.
Son père était un Corse condamné au bagne, puis exilé pour un crime de vendetta, et sa mère une italienne.
-
Élève au collège et au lycée de Nouméa, il part en 1924 en Métropole, à Paris, où il travaille chez Hachette.
+
Élève au collège et au lycée de Nouméa, il part en 1924 en métropole, à Paris, où il travaille chez Hachette.
Il publie ses premiers romans : ''Au Fil des jours'' (1929), ''Takata d'Aïmos'' (1930), ''Remords'' (1931), et son premier recueil de poésie, ''Nostalgie'' (1935).
Il publie ses premiers romans : ''Au Fil des jours'' (1929), ''Takata d'Aïmos'' (1930), ''Remords'' (1931), et son premier recueil de poésie, ''Nostalgie'' (1935).
Ligne 13 : Ligne 13 :
Pendant la Seconde guerre mondiale, il s'engage dans la Résistance ; puis il poursuit son œuvre ; il s'installe alors à Paris. Bien que tous ses récits évoquent son île natale, il n'y passera en tout que trois ans.
Pendant la Seconde guerre mondiale, il s'engage dans la Résistance ; puis il poursuit son œuvre ; il s'installe alors à Paris. Bien que tous ses récits évoquent son île natale, il n'y passera en tout que trois ans.
-
Il est nommé Chevalier des Arts et des Lettres par Georges Duhamel en mai 1957, et élu vice-président de la Société des gens de lettres de France en 1962.
+
Il est nommé chevalier des Arts et des Lettres par Georges Duhamel en mai 1957, et élu vice-président de la Société des gens de lettres de France en 1962.
Le 21 juin 1975, il décède à Paris, à l'âge de 73 ans.
Le 21 juin 1975, il décède à Paris, à l'âge de 73 ans.
- 
== Bibliographie ==
== Bibliographie ==
- 
=== Romans ===
=== Romans ===
Ligne 47 : Ligne 45 :
=== Ouvrage posthume ===
=== Ouvrage posthume ===
*''Prisonnier du Soleil : Nouvelles et textes divers'', Nouméa, Grain de Sable, 2004.
*''Prisonnier du Soleil : Nouvelles et textes divers'', Nouméa, Grain de Sable, 2004.
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
- 
--[[Utilisateur:MicheleTillard|MicheleTillard]] 16 septembre 2016 à 20:57 (CEST)
--[[Utilisateur:MicheleTillard|MicheleTillard]] 16 septembre 2016 à 20:57 (CEST)
[[catégorie:Nouvelle-Calédonie]]
[[catégorie:Nouvelle-Calédonie]]

Version actuelle

Image:Mariotti.jpg

Sommaire

Biographie

Jean Mariotti est né le 23 août 1901 à Farino, sur la côte Ouest de la Grande Terre de Nouvelle-Calédonie (France, collectivité d’outre-mer).

Son père était un Corse condamné au bagne, puis exilé pour un crime de vendetta, et sa mère une italienne.

Élève au collège et au lycée de Nouméa, il part en 1924 en métropole, à Paris, où il travaille chez Hachette.

Il publie ses premiers romans : Au Fil des jours (1929), Takata d'Aïmos (1930), Remords (1931), et son premier recueil de poésie, Nostalgie (1935).

Pendant la Seconde guerre mondiale, il s'engage dans la Résistance ; puis il poursuit son œuvre ; il s'installe alors à Paris. Bien que tous ses récits évoquent son île natale, il n'y passera en tout que trois ans.

Il est nommé chevalier des Arts et des Lettres par Georges Duhamel en mai 1957, et élu vice-président de la Société des gens de lettres de France en 1962.

Le 21 juin 1975, il décède à Paris, à l'âge de 73 ans.

Bibliographie

Romans

  • Au fil des jours. Tout est, peut-être, inutile, Paris, Flammarion, 1929.
  • Takata d'Aïmos, Paris, Flammarion, 1930. (réédité à Nouméa en 1995 et 1999).
  • Remords, Paris, Flammarion, 1931. (réédité à Nouméa en 1997).
  • Gisèle (sous le pseudonyme d'Armel Yette, en collaboration avec Francis Ambrière), Paris, Flammarion, 1933.
  • À bord de l'incertaine, Paris, Stock, Delamain et Boutelleau, 1942. (réédité à Papeete en 1981 puis à Nouméa en 1996 et en 2000.
  • Daphné, Paris, Gallimard, 1959.

Nouvelles

  • Le Dernier voyage du Thétis, Paris, Stock, 1947.

Contes

  • Contes de Poindi (illustrés par Feodor Rojankovsky), New York, Domino Press, 1939, 75 p. ; Paris, Stock, 1941.
  • Catch, roi des ours (illustré par John Falter), Paris, I.P.M. Moreau, 1946.

Poésie

  • Nostalgie, Paris, Éditions René Debresse, 1935.
  • Sans titre, Mézières-sur-Issoire, Rougerie, 1969.

Essais

  • Nouvelle-Calédonie : le livre du centenaire 1853-1953, Paris, Horizons de France, 1953.
  • Nouvelle-Calédonie, île des Pins, Loyautés, « L'île de lumière, terre de tourisme », 1959.

Ouvrage posthume

  • Prisonnier du Soleil : Nouvelles et textes divers, Nouméa, Grain de Sable, 2004.

--MicheleTillard 16 septembre 2016 à 20:57 (CEST)