MAKINE Andreï

Un article de wiki sillages.info.

(Différences entre les versions)
(Nouvelle page : catégorie:Russie)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
Né à Krasnoïarsk, en Sibérie, il est élevé par sa grand-mère d'origine française.
 +
Brillant étudiant, il rédige une thèse de doctorat sur la littérature française
 +
contemporaine à l’université de Moscou. Puis, enseigne a l'université de
 +
Novgorod.
 +
En 1987, il demande l’asile politique en France, où il mène d'abord une vie
 +
très précaire. À trente ans, il s'installe à Paris. Il est d'abord assistant de
 +
russe au lycée JacquesDecour
 +
et dépose une thèse de doctorat sur Ivan
 +
Bounine (18701953)
 +
à la Sorbonne. Son premier roman, La Fille d’un
 +
héros de l’Union soviétique, paru en 1990, est le point de départ d'une
 +
grande carrière littéraire avec le français comme langue d'écriture. Il obtient en 1995 les prix Goncourt, Goncourt des lycéens et
 +
Médicis pour son roman Le Testament français. Son français est extrêmement classique, son style poétique. Pour Makine, la
 +
France est une langue, mais aussi une culture. D’autre part, il affirme que le style est avant tout une vision d’un passé, celui de la
 +
France qu’il représente par un travail minutieux de la langue.
 +
Le Testament français est un roman autobiographique, le narrateur et l’auteur ayant vécu les mêmes expériences : le sentiment
 +
d’inadaptation, la double culture, le drame et le malheur. Avec ce roman, Makine paie une dette envers sa grandmère,
 +
la France et
 +
tous les écrivains qui ont fait de lui un Français.
 +
L’Union soviétique est représentée comme un territoire de souffrance avec ses déportations, ses morts. La France est à la fois un
 +
objet de fascination et de rejet. Son héritage est une charge accablante.
 +
Andreï Makine vit actuellement à Paris, mais se tient, autant que possible, à l’écart de la vie littéraire et se consacre entièrement à
 +
la littérature. L’obtention du Goncourt lui vaut, entre autres, d'obtenir la nationalité française en 1996, ce qui lui avait été
 +
préalablement refusé.
 +
Le 19 novembre 2008, Andreï Makine assiste à la première « mise en voix » intégrale de sa pièce Le Monde selon Gabriel au
 +
théâtre CREA à Amsterdam. Il participe à cette « mise en voix » de Murielle Lucie Clément en prêtant sa voix pour la lecture du
 +
prologue. L'oeuvre est créée le 15 mai 2009 dans une mise en scène de Murielle Lucie Clément.
 +
En 2011, il révèle qu'il a publié des romans sous le nom de Gabriel Osmonde .
Ligne 8 : Ligne 36 :
-
 
+
--[[Utilisateur:MicheleTillard|MicheleTillard]] 15 février 2016 à 18:09 (CET)
-
 
+
[[catégorie:Russie]]
[[catégorie:Russie]]

Version du 15 février 2016 à 17:09

Né à Krasnoïarsk, en Sibérie, il est élevé par sa grand-mère d'origine française.

Brillant étudiant, il rédige une thèse de doctorat sur la littérature française contemporaine à l’université de Moscou. Puis, enseigne a l'université de Novgorod. En 1987, il demande l’asile politique en France, où il mène d'abord une vie très précaire. À trente ans, il s'installe à Paris. Il est d'abord assistant de russe au lycée JacquesDecour et dépose une thèse de doctorat sur Ivan Bounine (18701953) à la Sorbonne. Son premier roman, La Fille d’un héros de l’Union soviétique, paru en 1990, est le point de départ d'une grande carrière littéraire avec le français comme langue d'écriture. Il obtient en 1995 les prix Goncourt, Goncourt des lycéens et Médicis pour son roman Le Testament français. Son français est extrêmement classique, son style poétique. Pour Makine, la France est une langue, mais aussi une culture. D’autre part, il affirme que le style est avant tout une vision d’un passé, celui de la France qu’il représente par un travail minutieux de la langue. Le Testament français est un roman autobiographique, le narrateur et l’auteur ayant vécu les mêmes expériences : le sentiment d’inadaptation, la double culture, le drame et le malheur. Avec ce roman, Makine paie une dette envers sa grandmère, la France et tous les écrivains qui ont fait de lui un Français. L’Union soviétique est représentée comme un territoire de souffrance avec ses déportations, ses morts. La France est à la fois un objet de fascination et de rejet. Son héritage est une charge accablante. Andreï Makine vit actuellement à Paris, mais se tient, autant que possible, à l’écart de la vie littéraire et se consacre entièrement à la littérature. L’obtention du Goncourt lui vaut, entre autres, d'obtenir la nationalité française en 1996, ce qui lui avait été préalablement refusé. Le 19 novembre 2008, Andreï Makine assiste à la première « mise en voix » intégrale de sa pièce Le Monde selon Gabriel au théâtre CREA à Amsterdam. Il participe à cette « mise en voix » de Murielle Lucie Clément en prêtant sa voix pour la lecture du prologue. L'oeuvre est créée le 15 mai 2009 dans une mise en scène de Murielle Lucie Clément. En 2011, il révèle qu'il a publié des romans sous le nom de Gabriel Osmonde .




--MicheleTillard 15 février 2016 à 18:09 (CET)