LAYE Camara

Un article de wiki sillages.info.

Version du 14 septembre 2016 à 14:33 par WikiSysop (Discuter | Contributions)
(diff) ← Version précédente | voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Image:Laye.jpg

Biographie

Camara Laye est né le 1er janvier 1928 à Kouroussa, un village de Haute-Guinée, et mort le 4 février 1980 à Dakar. Fils d'un forgeron et orfèvre, il part à 15 ans pour Conakry pour des études d'enseignement technique à l'école de Georges Poiret.

Après l’obtention de son CAP mécanicien, il obtient une bourse d'étude grâce à ses excellents résultats, et part pour la France où il étudie à l'École centrale d'ingénierie automobile à Argenteuil où il obtient un certificat de mécanicien. Après la fin de sa bourse, il travaille à l'usine automobile de Simca puis à la RATP et à la Compagnie des compteurs de Montrouge tout en poursuivant ses études, le soir, au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), et au Collège technique de l'aéronautique et de construction automobile. C'est à cette époque qu'il écrit L'Enfant noir.

Il obtient le diplôme d'ingénieur en 1956, et se déplace vers l'Afrique, au Dahomey (actuel Bénin), puis au Ghana. La Guinée obtient son indépendance en 1958, et Ahmed Sékou Touré est élu président. Camara Laye est le premier ambassadeur au Ghana. Il occupe différents postes en dehors du Ghana avant de revenir à Conakry, où il travaille pour le Département des accords économiques avant d’être nommé directeur de l'Institut national de la recherche et de la documentation.

Mais Camara Laye se trouve de plus en plus souvent en conflit avec la politique du président Ahmed Sékou Touré, et il est emprisonné pour une courte période.

Dans le milieu des années 1960, il s’enfuit avec sa famille en Côte d'Ivoire, avant de s’installer au Sénégal, où il travailla comme chercheur à l'Institut fondamental d'Afrique noire (IFAN), et participe au mouvement d'opposition à Sékou Touré.

Devenu chercheur, il arpente les États africains de l'Ouest afin de recueillir les récits de l'histoire des peuples noirs que racontent les griots, ces poètes et musiciens de l'Afrique.

Bibliographie

  • L'Enfant noir, publié en France en 1953, a reçu le Prix Charles Veillon 1954.
  • Le Regard du roi, 1954.
  • Dramouss (A Dream of Africa), Paris, 1966.
  • Le Maître de la parole,1978.

--MicheleTillard 18 février 2016 à 17:43 (CET)