LAFERRIÈRE Dany

Un article de wiki sillages.info.

Biographie

Né à Port-au-Prince, Haïti, en 1953, Dany, de son vrai prénom Windsor Klébert passa son enfance avec sa grand-mère, Da, à Petit-Goâve, où sa mère l'avait envoyé à l'âge de quatre ans, par crainte des représailles du dictateur François Duvalier (Papa Doc). Mais à onze ans, il revient à Port-au-Prince pour entrer au collège.

À la fin de ses études secondaires au collège Canado-Haïtien, Dany Laferrière commence à travailler à l’âge de dix-neuf ans à Radio Haïti Inter, et à l’hebdomadaire politico-culturel Le Petit Samedi soir.

À la suite de l’assassinat de son ami journaliste Gasner Raymond par les « Tontons Macoute », le 1er juin 1976, il quitte précipitamment Port-au-Prince pour Montréal.

Pendant huit ans, il enchaîne les emplois précaires, tout en s'instruisant par lui-même.

Son premier roman paru en 1985, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer connaît un succès fulgurant, qui lui permet d'être embauché dans diverses stations de radio et de télévision. Ce premier roman sera transposé au cinéma en 1989.

En 1990, il quitte Montréal avec sa famille pour Miami. Il y écrit dix romans en douze ans, dont le fameux cycle haïtien : L’Odeur du café, Le Goût des jeunes filles, Le Charme des après-midi sans fin, La Chair du maître, Le Cri des oiseaux fous, Pays sans chapeau

Il revient en 2002 à Montréal après la sortie du Cri des oiseaux fous, son dixième roman.

En novembre 2009, Laferrière publie  L’Énigme du retour, qui reçoit le prix Médicis.

En janvier 2010, Il se trouve à Port-au-Prince quand le séisme frappe le pays. Il témoignera de ce qu'il a vu en 2011, dans Tout bouge autour de moi. La même année, il publie L’Art presque perdu de ne rien faire, qui rassemble ses chroniques sur Radio-Canada.

Deux ans plus tard, en février 2013, il récidive avec Journal d’un écrivain en pyjama.

 Il préside du 1er au 8 mai 2013 les Rencontres québécoises en Haïti, événement qui rassemble une cinquantaine d’auteurs et de professionnels du livre haïtiens et québécois. 

Il est élu à l’Académie française, le 12 décembre 2013, au fauteuil d’Hector Bianciotti ; il y est reçu le 28 mai 2015 par Amin Maalouf.