DJEBAR Assia

Un article de wiki sillages.info.

(Différences entre les versions)
Ligne 19 : Ligne 19 :
Elle a reçu de nombreux prix littéraires, et est Chevalier de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre des Arts et des lettres.
Elle a reçu de nombreux prix littéraires, et est Chevalier de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre des Arts et des lettres.
- 
== Bibliographie ==
== Bibliographie ==
Ligne 52 : Ligne 51 :
*''La Nouba des femmes du Mont Chenoua'' (1978)
*''La Nouba des femmes du Mont Chenoua'' (1978)
*''La Zerda ou les chants de l'oubli'' (1982)
*''La Zerda ou les chants de l'oubli'' (1982)
- 
--[[Utilisateur:MicheleTillard|MicheleTillard]] 19 juillet 2015 à 16:07 (CEST)
--[[Utilisateur:MicheleTillard|MicheleTillard]] 19 juillet 2015 à 16:07 (CEST)
-
Exemple.jpg
 
[[catégorie:Algérie]]
[[catégorie:Algérie]]

Version du 6 janvier 2016 à 05:02

Image:Djebar.jpg

Sommaire

Biographie

Assia Djebar, de son vrai nom Zohra Imalayène, est née le 30 juin 1936 à Cherchell, en Algérie, d'un père instituteur et d'une mère qui l'encouragea à étudier pour s'émanciper.

Élève de khâgne au lycée Fénelon, elle est la première Algérienne admise à l'ENS de Sèvres en 1955 ; mais c'est l'époque de la guerre d'Algérie, et en 1956 elle refuse de passer ses examens ; exclue de l'École, elle écrit son premier roman, La Soif (1957) ; elle publie ensuite, toujours chez Julliard, Les Impatients (1959), Les Enfants du nouveau monde (1962) et Les Alouettes naïves (1967).

De 1959 à 1962, elle enseigne l'histoire moderne et contemporaine du Maghreb à l'Université de Rabat, puis l'histoire (jusqu'en 1965), le cinéma et la littérature francophone à l'Université d'Alger, après l'indépendance algérienne.

Dans les années 70, elle délaisse quelque peu l'écriture au profit du cinéma, avec deux longs-métrages : La Nouba des femmes du Mont Chenoua (1979) et La Zerda et les Chants de l’oubli  (1983).

En 1980, elle quitte à nouveau l'Algérie et s'installe à Paris ; elle revient alors à l'écriture, avec les nouvelles de Femmes d’Alger dans leur appartement (Éditions des femmes, 1980) et des romans (L’amour, la fantasia, JC Lattès, 1985, Ombre Sultane, JC Lattès, 1987, Loin de Médine, Albin Michel, 1991, Vaste est la prison, Albin Michel, 1995).

En 1995, elle part enseigner aux États-Unis, d'abord en Louisiane, puis à New-York, tout en rédigeant en 1999 une thèse sur son propre travail. La même année, elle publie un essai : Ces voix qui m’assiègent : En marge de ma francophonie (Albin Michel) puis reçoit le prix de la paix des éditeurs allemands, en 2000. Après un nouveau roman paru en 2002, Femme sans sépulture (Albin Michel), elle est élue en 2005 à l’Académie française, première femme du Maghreb à obtenir cet honneur (et cinquième femme en tout!).

Son œuvre est traduite dans une vingtaine de langues, mais ce n'est qu'en 2014 qu’un de ses livres, Nulle part dans la maison de mon père (Fayard, 2007) est publié en arabe.

Elle meurt à Paris le 6 février 2015, et repose à Cherchell, sa ville natale.

Elle a reçu de nombreux prix littéraires, et est Chevalier de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre des Arts et des lettres.

Bibliographie

Romans et nouvelles

  • La Soif, Éd. Julliard, Paris, 1957 (roman)
  • Les Impatients, Éd. Julliard, Paris, 1958 (roman)
  • Les Enfants du Nouveau Monde, Éd. Julliard, Paris, 1962 (roman)
  • Les Alouettes naïves, Éd. Julliard, Paris, 1967 (roman)
  • Femmes d'Alger dans leur appartement, nouvelles (1980)
  • L'Amour, la fantasia, roman, J. C. Lattès/Enal (1985)
  • Les Nuits de Strasbourg, roman, Actes Sud (1987)
  • Ombre sultane, roman, J.-C. Lattès, (1987)
  • Loin de Médine, Éd. Albin Michel, Paris, roman (1991)
  • Vaste est la prison, Éd. Albin Michel, Paris, roman (1995)
  • Le Blanc de l'Algérie,Éd. Albin Michel, Paris, récit (1996)
  • Oran, langue morte, Éd. Actes Sud, Paris, nouvelles (1997)
  • La Femme sans sépulture, Éd. Albin Michel, Paris, roman (2002)
  • Nulle part dans la maison de mon père, Éd. Fayard, Paris, roman (2007)

Poésie

  • Poèmes pour l'Algérie heureuse, poésie (1969)

Théâtre

  • Rouge l'aube, théâtre (1969)

Essais

  • Ces voix qui m'assiègent: En marge de ma francophonie, Éd. Albin Michel, Paris, (1999)
  • La Disparition de la langue française, Éd. Albin Michel, Paris, (2003)

Filmographie

  • La Nouba des femmes du Mont Chenoua (1978)
  • La Zerda ou les chants de l'oubli (1982)

--MicheleTillard 19 juillet 2015 à 16:07 (CEST)