BAUCHAU Henry

Un article de wiki sillages.info.

(Différences entre les versions)
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Image:Bauchau.jpg]]
[[Image:Bauchau.jpg]]
 +
Henry Bauchau, né à Malines (Belgique) le 22 janvier 1913, est mort à Louveciennes (France) le 21 septembre 2012.
Henry Bauchau, né à Malines (Belgique) le 22 janvier 1913, est mort à Louveciennes (France) le 21 septembre 2012.
Membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, il a vécu à Paris de 1975 à sa mort en 2012.
Membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, il a vécu à Paris de 1975 à sa mort en 2012.

Version du 8 septembre 2016 à 12:05

Image:Bauchau.jpg

Henry Bauchau, né à Malines (Belgique) le 22 janvier 1913, est mort à Louveciennes (France) le 21 septembre 2012. Membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, il a vécu à Paris de 1975 à sa mort en 2012.

Sommaire

Biographie

La petite enfance d'Henry Bauchau est marquée par l'invasion allemande durant la première guerre mondiale, et l'incendie de la maison de ses grands-parents à Louvain. Il évoquera ce drame dans L'Incendie Sainpierre. Il fait des études de droit à la Faculté Saint-Louis, puis à l'université de Louvain. Avant d'être mobilisé en 1939, il exerce des activités dans le journalisme et milite dans des mouvements de jeunesse chrétiens. Pendant la guerre, de juillet 1940 à juin 1943, il sera responsable du Service des volontaires du travail pour la Wallonie (SVTW), avant de rejoindre un mouvement de Résistance armée.

Après la Libération il vivra en Suisse et en France. De 1947 à 1951, Bauchau entreprend une psychanalyse auprès de Blanche Reverchon, l'épouse du poète Pierre Jean Jouve.

En 1958 qu’il publie son premier recueil de poèmes, Géologie, qui obtient le prix Max-Jacob. En 1960, Ariane Mnouchkine monte sa pièce Gengis Khan aux Arènes de Lutèce. Jean-Claude Drouot reprendra l’œuvre en 1988.

En 1985, il reçoit le Prix quinquennal de littérature pour l’ensemble de sa carrière. Enfin, il commence son cycle mythologique et donne successivement Œdipe sur la route (1990), Diotime et les lions (1991) et Antigone (1997). Parallèlement, la publication de son Journal (1989-1997) éclaire la création, permet de comprendre l'importance que représentent pour l'écrivain la poésie, les rêves, l'inconscient et l'écriture.

Œuvres

Romans

  • La Déchirure(Gallimard, 1966 ; Labor, 1986 ; Actes Sud, 2003)
  • Le Régiment noir (Gallimard, 1973
  • Œdipe sur la route (Actes Sud, 1990 ; Babel no 54).
  • Diotime et les lions (Actes Sud, 1991 ; Babel no 279)
  • Antigone (Actes Sud, 1997 ; Babel no 362)
  • L'Enfant bleu (Actes Sud, 2004)
  • Le Boulevard périphérique (Actes Sud, 2008). Prix du Livre Inter 2008
  • Déluge (Actes Sud, 2010)
  • L'enfant rieur (Actes Sud, 2011)
  • Temps du rêve (Actes Sud, 2012)
  • L'enfant rieur II. Chemin sous la neige (Actes Sud, 2013)

Journaux

  • Jour après jour 1983-1989 (Les Eperonniers, 1992)
  • Journal d'Antigone 1989-1997 (Actes Sud, 1999)
  • Passage de la Bonne-Graine 1997-2001 (Actes Sud, 2002)
  • Grande Muraille : Journal de La Déchirure 1960-1965 (Actes Sud, coll. Babel, 2005)
  • Présent d'incertitude 2002-2005' (Actes Sud, 2007)
  • Les Années difficiles, Journal 1972-1983 (Acte Sud, 2009)
  • Dialogue avec les montagnes - Journal du Régiment noir 1968-1971(Actes Sud, 2011)
  • Pierre et Blanche. Souvenirs et documents sur Blanche Reverchon et Pierre Jean Jouve, textes rassemblés et présentés par Anouck Cape (Actes Sud, 2012)
  • Dernier journal (2006-2012) (Actes Sud, 2015)

Entretiens

  • Un arbre de mots, entretien avec Indira De Bie, 2008, 64 p.

Poésie

  • Géologie (Gallimard, 1958 ; Prix Max-Jacob)
  • L'Escalier bleu (Gallimard, 1964)
  • La Pierre sans chagrin (L'Aire, 1966)
  • La Dogana (Castella, 1967), photographies de Henriette Grindat
  • Célébration (L'Aire, 1972)
  • La Chine intérieure (Seghers, 1975 ; Actes Sud, coll. Le souffle de l'esprit, 2003)
  • La Sourde Oreille ou le Rêve de Freud (L'Aire, 1981)
  • Poésie 1950-1986 (Actes Sud, 1986). Prix quinquennal de Littérature 1985 (Belgique) ; prix Foulon de Vaulx de la Société des gens de lettres de France 1987
  • Heureux les déliants, poèmes 1950-19956 (Labor, Espace Nord, 1995)
  • Exercice du matin (Actes Sud, 1999)
  • Nous ne sommes pas séparés (Actes Sud, 2006)
  • Poésie complète (Actes Sud, 2009)
  • Tentatives de louange (Actes Sud, 2011)

Éditions de bibliophilie

  • Fenêtre de présence, avec une gravure au carborundum de Jacqueline Ricard tirée en leporello, éditions La Cour Pavée, Paris, 2008

Nouvelles

"L'Enfant de Salamine" (La Revue générale, mars 1991, p. 81-92 ; repris ensuite dans Les Vallées du bonheur profond)

  • Les Vallées du bonheur profond (Babel, 1999)
  • En noir et blanc, illustrations de Lionel D. (Orion) (Paris, Les éditions du chemin de fer, 2005, rééd. 2007)

Essais

  • Essai sur la vie de Mao Zedong, avec la participation de Laure Bauchau (Flammarion, 1982)
  • L'Écriture et la circonstance, conférences de la Chaire de poétique (Presses universitaires de Louvain, 1988)
  • L'Écriture à l'écoute (Actes Sud, 2000)

Théâtre

  • Gengis Khan (Henry-Louis Mermod, 1960 ; Actes Sud-Papiers, 1989)
  • La Machination ou La Reine en amont (L'Aire, 1969)
  • Prométhée enchaîné d'Eschyle, adaptation théâtrale (Cahiers du Rideau, 1998)
  • Théâtre complet (Actes Sud-Papiers)

Livret

  • La Lumière Antigone : Poème pour le livret de l'opéra de Pierre Bartholomée (Actes Sud, coll. Le souffle de l'esprit, 2009)
  • Œdipe sur la route : Opéra en quatre actes, à Pierre Bartholomée et Philippe Sireuil, commande du Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles

--MicheleTillard 23 octobre 2015 à 11:32 (CEST)