les métiers au féminin

Cette formation aborde le mot (morphologie et syntaxe) et la phrase.

Modérateurs : Équipe sillages.info, Michèle TILLARD

Huguette KLEIN
Messages : 29
Enregistré le : ven. 9 juin 2017 10:02

les métiers au féminin

Messagepar Huguette KLEIN » jeu. 2 janv. 2020 10:07

Bonjour,

Je démarre ce FLOT (enfin) et je suis vraiment surprise de lire " Écrivain mauricien...., Ananda Devi est née en 1957.....Même l'Académie française a adopté dans sa séance du 28 février 2019 le rapport sur la féminisation des noms de métiers et de fonction.
Je dois dire que je suis choquée de voir écrivain et née dans la même phrase ( car écrivain fait bien partie du sujet, non?) dans un cours de grammaire.

Huguette

Huguette KLEIN
Messages : 29
Enregistré le : ven. 9 juin 2017 10:02

Re: les métiers au féminin

Messagepar Huguette KLEIN » jeu. 2 janv. 2020 11:14

Suite de mon message précédent:

j'ai avancé dans le cours et j'en suis à "retour du féminin dans la langue" et je suis ravie de voir que "écrivaine" y figure. Il devrait donc figurer partout dans le FLOT

Le document de la Documentation française date de 1999. Pour voir des évolutions plus récentes je vous conseille http://www.elianeviennot.fr/Langue-mots.html

Des infos et des études historiques très intéressantes!

Huguette

Nathalie VAN DE WIELE
Administrateur du site
Messages : 42
Enregistré le : ven. 9 juin 2017 09:24

Re: les métiers au féminin

Messagepar Nathalie VAN DE WIELE » ven. 3 janv. 2020 05:31

Bonjour à toutes et tous,

Effectivement, la féminisation des noms de métiers est un sujet de choix pour les grammairiennes et les grammairiens.

Eliane Viennot nous montre une voie claire tout en affirmant que plusieurs voies sont possibles.

Ainsi, je demandais moi-même à Eliane Viennot suite à une de ses conférences pourquoi elle se déclarait "professeuse émérite de littérature française de la Renaissance" (c'est sur sa page Wikipédia) alors que "professeure" s'imposait de nos jours dans la presse et autre médias. Sa réponse fut simple et ouverte et tendait à dire : "professeuse" existait dans le passé, ce qui nous invite à le ré-utiliser, mais si "professeure" devient l'usage, cette progression est à saluer, "madame la professeure" étant préférable à "madame le professeur".

A ce jour, les usages progressent et tout effort est donc à encourager. Mais du coup cela rend le sujet délicat pour les grammairien·nes (petit clin d'œil au passage : à la première ligne j'utilise la double flexion gramairiennes/grammairiens en respectant l'ordre alphabétique, ici j'utilise le point médian, encore deux possibilités :-))

Une réflexion à partager ici avec Michèle, autrice (je n'ai pas écrit auteure :-)) de notre FLOT de grammaire, et avec les membres de ce forum.

Nathalie
Fondatrice de l'initiative sillages.info

Avatar du membre
Michèle TILLARD
Messages : 227
Enregistré le : ven. 9 juin 2017 10:01

Re: les métiers au féminin

Messagepar Michèle TILLARD » mar. 7 janv. 2020 09:21

Bonjour à toutes et tous,
Quelle volée de bois vert pour avoir oublié, l'espace d'un instant, qu'il fallait dire "écrivaine" et non "écrivain" à propos d'une femme... Certes, certes. Mais l'essentiel n'est-il pas de citer, faire lire, faire connaître des auteures (décidément je préfère cette forme... et j'adore l'accent québécois ! ;) ) ; et le FLOT, quelles que soient ses imperfections par ailleurs, tente de répondre à cette exigence.Et il me semble bien que c'est ainsi que l'ont perçu Ananda Devi, Gisèle Pineau, Chahdortt Djavann, Amina Saïd et bien d'autres...
Plus sérieusement, la féminisation des noms de métiers ou de statuts n'est pas si simple qu'elle en a l'air ; il ne suffit pas d'ajouter un suffixe pour féminiser un nom sans créer un monstre. Ainsi des noms se terminant par un -e : pourquoi ne pas, tout bonnement, changer l'article pour poète (qui peut venir du grec poïetès, masculin, ou poëtè, féminin, le poeta latin étant indifféremment masculin ou féminin), pour philosophe (ce qui nous épargnera l'horrible et grotesque "philoso-fesse" !!) etc. ? Nous le faisons bien, par exemple, pour le mot "élève"...
Pour les noms en -teur, nous avons en effet le féminin en -trice, héritier du latin -trix. Mais l'usage, qui a toujours le dernier mot, peut préférer selon les cas un curieux suffixe en -teuse ou -teure.
Enfin, un dernier mot à propos de l'écriture inclusive, et de ce fameux "point médian" : personnellement, je continue de penser que c'est une horreur, que même Aristophane de Byzance, grand pourvoyeur de signes diacritiques en tous genres et responsable d'innombrables migraines chez les hellénistes, n'aurait pas osé imaginer : un signe de ponctuation à l'intérieur d'un mot, et qui a pour premier effet de le rendre imprononçable !!! Vrai, il fallait y penser ! Le français dispose pourtant d'un moyen simple, universel, poli par les siècles, de pratiquer l'écriture inclusive : la conjonction de coordination "et". Continuons donc d'écrire, en toutes lettres, "les femmes et les hommes", "les écrivaines et les écrivains". Et si l'on veut à toute force remplacer le "et", il y a la si jolie esperluète...
Bien cordialement,
MT
Michèle TILLARD
Auteure de FLOT (latin, grec, grammaire française)
Site http://philo-lettres.fr


Retourner vers « Grammaire »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité