Conférence-débat de lancement du FLOT Version grecque

23/11/2017

conference-debat-sillages-2017

Le septième FLOT/MOOC sillages.info, intitulé « Version grecque », a été lancé le 23 novembre 2017 à la délégation générale de la Conférence des grandes écoles lors d’une conférence-débat rassemblant une quinzaine d’invités (liste des participants) et portant sur quatre thèmes (lire le communiqué de presse) :
1- « Les MOOC font pschitt », qu’en est-il des FLOT ?
2- Les FLOT pour sauver les langues anciennes ?
3- Le FLOT de version grecque : un feuilleton interactif en 10 épisodes !
4- Quelle utilisation des FLOT en présentiel ?
Chaque thème était introduit par la modératrice Nathalie VAN DE WIELE, fondatrice de l’initiative sillages.info, sous la forme d’une illustration assortie de mots-clés. Le compte rendu des débats est présenté ci-dessous, thème par thème.

Le mot d’accueil de Philippe RÉGIMBART, délégué général de la CGE : « Il est dans les missions de la CGE de défendre les classes préparatoires qui sont des voies d’accès très importantes aux grandes écoles, même s’il en existe aussi d’autres aujourd’hui. D’autre part, à titre personnel, je suis très intéressé par le maintien de l’enseignement des langues anciennes et des humanités. Bienvenue à tous. »

Thème 1

theme1
Nathalie VAN DE WIELE : « Dans son article LeMonde.fr du 23/10/2017 intitulé Les MOOC font pschitt, Marine Miller rappelle que les MOOC, lancés aux USA en 2011, développés ensuite en Europe suite à la fascination et à l’inquiétude qu’engendra ce phénomène, opposèrent rapidement ceux qui virent de la pauvreté dans cette innovation (les vidéos en ligne de cours assorties de quiz ont vite lassé les millions d’apprenants qui s’étaient inscrits) et ceux qui y trouvèrent l’intérêt d’une ressource supplémentaire utile au professeur pour développer une nouvelle pédagogie. L’initiative sillages.info se range aux rang des seconds, permettant de plus à tous, librement et gratuitement, d’utiliser ses FLOT, développés selon un modèle économique en rupture, favorisant l’économie du partage et l’innovation frugale. Mais quel est l’avis de FUN-MOOC ou d’une grande école comme l’EDHEC ? »

Catherine MONGENET, directrice de FUN-MOOC : « Si les MOOC, sous le mandat de la promesse de 2011 des Américains, promesse d’offrir à tous une éducation ouverte et gratuite, ont fait pschitt car vite rattrapés par leur modèle économique, en France, les MOOC ont cristallisé beaucoup d’intérêt, notamment au niveau de la prise de conscience universitaire, en posant la question de la transformation numérique. Aujourd’hui, les MOOC que les enseignants font sur FUN sont réutilisés par ces enseignants dans leur classe sous forme de SPOC. Le MOOC est un bon instrument de remplacement du cours magistral dans les universités, en particulier au niveau licence. En ce sens, les MOOC ne font pas pschitt car ils développent de nouveaux usages, même si la classe inversée existe depuis longtemps, et le débat qu’ils suscitent est salutaire. La réforme actuelle du premier cycle et de l’orientation va dans ce sens. »

Bernard CURZI, directeur eLearning de l’EDHEC : « Oui, les MOOC ont favorisé une prise de conscience collective sur la nécessité de numériser l’apprentissage, mais la France s’est sans doute trompée en voulant rattraper un effet de mode venu des États-Unis, ce qui a amené un vrai problème pédagogique de l’utilisation des MOOC. J’ai écrit il y quelques années que les MOOC ne constituaient pas tant un produit d’apprentissage, car il en existe d’autres, mais qu’ils étaient d’abord un produit marketing sur une marque, une grande école ou une université. L’échec des MOOC tel qu’on avait pu les voir initialement vient de leur sous-estimation en terme d’investissement, non pas d’investissement de production, mais d’investissement en terme d’animation des sessions. Si les MOOC tels qu’inventés initialement ne correspondent plus à l’attente et que l’on est obligé de redéfinir leur cadre, ils restent bénéfiques pour la prise de conscience dont nous parlons. »

Thème 2

theme2

Nathalie VAN DE WIELE : « Une formation en ligne, libre et gratuite, a été ouverte par sillages.info à la rentrée 2011 en grec ancien pour permettre à des étudiants de « khâgne Lyon » de rester dans leur établissement d’origine, cette formation a donné naissance en 2014 au FLOT Grec ancien pour débutants , suivi, ce jour, par le FLOT Version grecque. En complément de la formation précédente, une formation en ligne, libre et gratuite, fut progressivement mise en place à la rentrée 2013 en latin, donnant naissance au FLOT Latin pour débutants qui fut utilisé en 2012 par l’IPELSHT, en Tunisie, pour faire face à l’absence d’un professeur accidenté. Qu’en est-il de l’enseignement des langues anciennes en France à tous niveaux ? »

Fabrice POLI, inspecteur général de l’Éducation nationale, groupe des lettres de l’IGEN, chargé des langues anciennes : « En France un demi-million d’élèves apprennent le latin et le grec au collège et au lycée, ces chiffres étant stables depuis une dizaine d’années. Dans le même temps, on note une baisse importante du nombre de candidats au CAPES externe de lettres, parcours lettres classiques (il y a 2 ans, 1/3 seulement des postes proposés ont été pourvus). Le manque de vocation des bacheliers pour ces parcours conduit les universités à fermer des départements, la carte de formation se réduit donc, ce qui pénalise les étudiants motivés qui n’ont pas les moyens financiers de changer d’université et se tournent alors vers d’autres cursus. Pour dynamiser les cours de langues anciennes, on confiera cet enseignement à des professeurs de lettres ayant fait dans leur cursus du latin et du grec, on mettra en place le visio-enseignement notamment en zone rurale, on fera appel à l’ECLA (enseignement conjoint des langues anciennes). Les FLOT que vous proposez sont très intéressants, notamment pour les demandes de formation continue que nous adressent les professeurs éloignés des grands centres universitaires. J’applaudis à deux mains. »

Candice POLITIS, adulte en formation au CAPES de lettres : « Mon enthousiasme est intact et je porterai ce discours auprès de mes élèves si j’obtiens le sésame, le CAPES de lettres classiques : donner le goût des langues anciennes en faisant le pont avec notre monde actuel, en décloisonnant les enseignements, comme le fait l’ECLA que j’ai expérimenté en tant qu’élève en classe de 4ème, et en mettant en valeur l’intérêt pour les élèves de suivre un cursus tout au long de leur scolarité. »

Thème 3

theme3
Michèle TILLARD, enseignante de littérature, latin et grec en CPGE : « La réalisation du FLOT Version grecque est la concrétisation d’un projet engageant un premier cours que j’avais bâti sous Algodok et mis en ligne en 2015. Le succès du FLOT Grec ancien pour débutant (2014) assorti de celui du Kit de survie de l’helléniste (2010) ou des Fiches de vocabulaire grec du wiki sillages.info (depuis 2011), comme du FLOT Grammaire élémentaire de la langue française (2016) utile pour l’apprentissage d’une langue ancienne, les collaborations fructueuses avec l’UOH, UNISCIEL (nouvelles fonctionnalités de Scenari Opale) et l’EPFL (édition de vidéos  de type Wandida), m’ont conduite à éditer la formation lancée ce jour. L’apprenant va découvrir, en 10 épisodes, les étapes d’une méthode en quatre étapes qui le conduira des textes plus faciles d’Ésope (Fables, « Le chat et les souris »), à ceux plus ardus d’Eschyle (« Les Suppliantes », incipit). »

Carole SCHROLÉ-STEFAN, coordinatrice de l’UOH : par vidéo (la vidéo, qui fut fort applaudie, est retranscrite dans sa quasi-totalité) : « L’UOH accompagne l’initiative sillages.info depuis quelques années déjà. Notre collaboration a commencé par la diffusion sur notre portail des ressources éducatives libres produites par Sillages dans le domaine des humanités. Aujourd’hui nous hébergeons ces ressources, ainsi que celles qui constituent les FLOT dédiés aux langues anciennes, à la grammaire, ainsi qu’à l’égalité femme-homme. Nous diffusons ces ressources et ces FLOT dans l’ensemble des établissements partenaires, en France comme à l’étranger, ainsi que sur nos réseaux sociaux. Travailler avec Sillages est important pour l’UOH, à deux titres : cela permet de soutenir une communauté dynamique et motivée œuvrant pour la réussite des étudiants et l’utilisation du numérique dans la pédagogie, cela permet de valoriser les lettres classiques et de favoriser leur enseignement et leur apprentissage. Ce faisant, Sillages et l’UOH répondent ensemble à un vrai besoin objectivé par le fait que les contenus en lettres classiques, et notamment en grec ancien, sont parmi les plus consultés du fonds diffusé par l’UOH sur l’Internet. Ensemble, nous continuons à défendre les langues anciennes et à créer des communautés d’apprenants intéressés. Avec le succès du FLOT en grec ancien pour débutants, celui qui concerne la version grecque et qui s’ouvre aujourd’hui est une suite logique et une nouvelle aventure que l’UOH est fière de partager avec vous. Belle vie au nouveau FLOT de Sillages et merci, Michèle, pour la qualité de votre travail et votre implication sans faille. »

Thème 4

theme4
Nathalie VAN DE WIELE : « L’utilisation des FLOT/MOOC en présentiel s’entend sous la conduite d’un enseignant ou d’un tuteur. Les FLOT sillages.info ont tous été développés en réponse à un besoin. Ainsi le FLOT Programmation en Python pour débutants (2014) fut lancé suite à la mise en place de l’option Informatique et sciences du numérique (ISN), pour assurer l’égalité des chances des élèves entrant en CPGE ou L1 ; le FLOT Bases de données relationnelles (2014) fut édité par un groupe de professeurs ayant produit un premier support de cours lorsque l’informatique faisait son entrée en CPGE. Le FLOT Être en responsabilité demain : se former à l’égalité femmes-hommes (2015), répond de son côté à un besoin académique (thématique au programme des ESPE par exemple) et extra-académique (relevant du monde dans lequel nous vivons). Ces FLOT sont utilisés en présentiel en formation initiale ou continue. Pourrions-nous en avoir des exemples ? »

Michèle TILLARD présente les résultats du sondage qu’elle a mené auprès de ses élèves de CPGE et regrette que les nouvelles pratiques, notamment celle de la classe inversée, aient du mal à pénétrer, attribuant cette difficulté au fait que les élèves de CPGE n’ont connu au cours de leur scolarité que le schéma français du cours magistral. Catherine MONGENET souligne que si, dans le dispositif de la classe inversée, le temps d’étude du cours magistral par le MOOC avant d’aborder les travaux dirigés en classe n’est pas décompté du temps total d’étude de l’élève, il y aura une surcharge de travail.

Jean-Pierre ARCHAMBAULT, président de l’EPI, administrateur de la SIF, référent informatique de sillages.info : « David Roche, le professeur qui a développé le FLOT sur la programmation l’utilise en classe en se félicitant de l’adaptation parfaite de ce FLOT, alternant de courtes sections de cours à des exercices « à faire vous-même », à son enseignement. Suivant son exemple, certains de ses collègues utilisent de même ce FLOT. En revanche, ce professeur a du mal à rééditer ce mode d’apprentissage aux sciences physiques qu’il enseigne par ailleurs.  »

Huguette KLEIN, présidente de REFH, référente égalité femmes-hommes de sillages.info : « L’éducation à l’égalité entre filles et garçons fait partie d’au moins 6 conventions inter-ministérielles, elle est aussi au programme de la formation continue des enseignants, et nous pensions que ce FLOT pouvait être un outil, utilisé par exemple dans les ESPE, or il a bien du mal à être diffusé. Mais agréable surprise, au-delà des apprenant.e.s le suivant en autonomie, nous avons eu des demandes d’interventions dans des entreprises, et j’ai pu le présenter notamment au CNESà la MAE, et chez Thales. Au CNES, Cathy LACOMME-VERBIGUIE, adepte des MOOC (elle en a suivi 6 en 2 ans), a été émerveillée et a placé notre FLOT en tête dans son palmarès ! »

Derniers échanges

Jean-Pierre ARCHAMBAULT : « Depuis plus d’un siècle, chaque nouvelle technologie engendre notamment deux discours : cela va amener le bonheur pédagogique et cela permettra de se passer des professeurs (en 1974 déjà André Malraux vantait l’apport de la télévision pour la pédagogie) ; cette constante brouille les débats et les apports réels des technologies ont tendance à être passés sous silence. »

Myriam BOUKAÏA, rédactrice en chef adjointe, Espace Prépas, Studyrama : « Si je conçois que les FLOT sont plus faciles à suivre en formation continue qu’en classes préparatoires, à cause sans doute de contraintes de temps, lorsque j’étais étudiante, j’aurais aimé qu’on m’en propose. »

Mone DESJARDINS, professeure en CPGE, APPLS : « Mon propre enseignement des langues anciennes est tout à fait classique et officiant dans un grand lycée parisien, je ne connais pas la question de la pénurie d’étudiants qui a été évoquée. Ceci dit, si mes élèves ne sont pas portés vers des dispositifs complétant mes cours, j’apprécie grandement à titre personnel ces nouveaux outils de formation, remarquant cependant qu’ils nécessitent une vraie discipline. »

Catherine CERF, ancienne professeure de russe et de FLE, ayant enseigné le FLE pendant plusieurs années à des élèves de l’École polytechnique : « Ces dispositifs ne supprimeront jamais les professeurs, ils sont complémentaires. Je ne sais s’il existe des FLOT pour apprendre le russe. »

Bruno DUBOIS, traducteur, ayant suivi le FLOT de grec pour débutants : « En tant que simple utilisateur, non institutionnel, de l’excellent FLOT de grec ancien pour débutants de Michèle TILLARD, ce nouveau FLOT me permettra de poursuivre ma formation, je vous en remercie. » Nathalie VAN DE WIELE dédie la dernière diapositive de cette conférence-débat à Bruno qui fut l’apprenant le plus actif sur le forum de grec ancien pour débutants, espérant qu’il apprécie autant la version grecque.

Accéder à la formation : FLOT : Version grecque

Tweets

sillages.info Plan du site - Mentions Légales - Contact